Histoire de Sète


La ville de Sète est née, en 1666, d'une décision royale et de la volonté de trois hommes : Paul Riquet, Louis XIV et le Chevalier de Clerville.

Paul Riquet cherchait un débouché sur la Méditerranée pour le Canal du Midi dont il avait entrepris le creusement.
Louis XIV avait chargé son ministre Colbert de trouver une rade pour les galères royales et d'y créer un port d'exportation des produits du Languedoc.

Colbert confia cette tâche au Chevalier de Clerville, qui identifia le Cap de Sète comme le site le plus approprié pour la création d’un port.
Les travaux du port commencèrent dès 1666 avec l'édification du môle St Louis. Cette jetée longue de 650 mètres protège l’entrée du vieux port et offre un abri aux bateaux depuis le 17ème siècle.

Au 19ème siècle, le port se développe grâce au commerce du vin, du bois, du soufre, des céréales ainsi que du fer. Sète devint le 1er port de tonnellerie au monde.
Parallèlement, la population triple entre 1820 et 1870 et l’urbanisation s'étend en direction de l’étang de Thau. Le quartier à l’arrière du palais consulaire (ex CCI) témoigne de cette époque prospère.

 

Histoire de Sète en quelques mots…


Les premières traces du genre humain à Sète datent de la fin de l’âge de bronze, plus précisément, du Bronze final II et III (1100-800 avant notre ère). Aujourd’hui ces vestiges, découverts en 1973, se trouvent sous deux mètres d’eau dans le Bassin de Thau, au large du quartier du Barrou.
 

On retrouve les traces de cet habitat sur des cartes du XVIIIème siècle.

On sait que cette zone était encore habitée après la conquête de la Gaule du sud par les Romains et pendant tout l’Empire.

Etape commerciale pour les marins et commerçants des civilisations méditerranéennes, la montagne de Sète servait de repère géographique.
 

Repaire et refuge pour les navigateurs depuis l’âge antique, cette colline a longtemps été un site prisé jusqu’à la réalisation du port et de la ville au XVIIème siècle.


Jusqu’à la fin du XVIIème, la colline était très peu peuplée, voire déserte. Seuls quelques pêcheurs des villages voisins venaient poursuivre quelques bancs de poissons sur les rives de l’étang de thau. L’actuel Mont St. Clair servait également de refuge aux corsaires et aux pirates dont le plus célèbre fut Barberoussette.


A partir du XVIIIème, la colline s’est petit à petit garnie de petites constructions proches de la cabane, construites en pierres sèches, baptisées « baraquettes ». La tradition voulait que le dimanche venu, les familles grimpent les pentes de la colline pour y passer la journée. C’est une véritable institution avec ses traditions, ses histoires et ses rituels à l’image des chanteurs de baraquettes.

Afin de favoriser l’exportation des produits du Languedoc, le projet de la création d’un port avait déjà été envisagé et Henri IV en avait pris la décision le 23 juillet 1596, mais le projet pour diverses raisons n’avait pas abouti.


Sous Louis XIV et à l’initiative de son Ministre Colbert, les premiers enrochements de la jetée et le creusement de la plage pour relier mer et étang commencent le 29 juillet 1666.

Il est coutume de fixer la naissance de Sète à cette date. Les premières pierres furent posées et constituèrent le premier Môle qui fut agrandi et prolongé au XVIIIème. Les populations des villages avoisinants : Bouzigues, Mèze, Frontignan et Marseillan vinrent travailler à Sète. Peu à peu la vie s’organisa pour les premières nécessités, avec la création de divers commerces. La ville naissait alors véritablement.
 

histoire de Sète (c) Office de Tourisme de Sète
Ce jour historique du 29 juillet 1666 fut également consacré au premier tournoi de joutes à Sète. 
Depuis ce jour, la Fête de la St. Louis, avec ses tournois de joutes, demeure le plus grand événement de l’année et rythme la vie des sètois.

A l’aube du 25 juillet 1710, les sètois aperçurent une flotte anglaise qui s’apprêtait à fondre sur la ville. Affolée, la population prit la fuite à travers l’étang de Thau.

La ville de Sète fut donc anglaise pendant quelques heures, jusqu’à l’arrivée du Duc de Noailles et de ses troupes.

Sur la plage, il engagea le combat et remporta la victoire, chassant les anglais.

Cette attaque révéla une faille dans le système défensif de ce nouveau port. Immédiatement, plusieurs fortifications furent bâties. Tout d’abord, l’armement du fort St. Louis fut doublé. Sur la falaise, en bordure de mer, on éleva la batterie du cimetière au fort St. Pierre (l’actuel théâtre de la mer).

Dans les années 1850, des pêcheurs de Gaeta et Cetara, villages de la côte amalfitaine près de Naples, quittent l’Italie, poussés par la nécessité de trouver une vie meilleure : ils s’installent alors dans le Sud de la France, notamment à Sète et au Grau du Roi.
 

En 1928, Cette, que l’on pouvait écrire indifféremment Sette, Septe, Cète, ou Cept sous l’Ancien 
Régime, devient officiellement Sète par arrêté ministériel.

Dans les années 60, la pêche artisanale se développe grâce à l’arrivée de nouvelles techniques amenées par les rapatriés de l’Afrique du Nord.

A ce jour, la ville compte plus de 40 000 habitants et s’est urbanisée au nord et sur le Mont St. Clair.
 






Flânez tout en découvrant le patrimoine de Sète, grâce aux quatorze panneaux qui vous attendent sur chaque site emblématique de la ville.

Un parcours historique inédit pour célèbrer les 350 ans du port, une façon de remonter le temps...

 

Accessibilité
Partager :