La pointe courte, un quartier de pêcheurs

Immersion dans le quartier de la Pointe courte et ses cabanons, filets de pêcheurs, barques et casiers, chats errants...
Un village dans la ville, un monde à part.

  • pointe-courte-sete-pecheurs-etang-thau
Heureux les privilégiés qui habitent ce petit bout de terre au bord de l’étang. Avec ses maisonnettes aux façades colorées, son labyrinthe de ruelles et ses filets qui sèchent le long des quais, ce quartier mis en lumière par le premier film d’Agnès Varda a un cachet hors du temps très apprécié des promeneurs.

Au milieu du XIXe siècle, les travaux de remblaiement consécutifs à l’arrivée du chemin de fer à Sète dégagent quelques arpents de terre en bordure de l’étang de Thau. Les pêcheurs y installent alors des cabanons pour y entreposer leurs filets.

Les « pointus » ont façonné leur propre identité tout aussi exceptionnelle que leur petit quartier. Et pour entendre et voir la vie et l’âme de ce quartier si typique il suffit de lire les noms de rues : traverses des jouteurs, des rameurs, des pêcheurs, rue la pétanque...
Vous y êtes déjà !

 
  • pointe-courte-quartier-pecheurs-sete-etang-thau
  • pointe-courte-sete-pecheurs-quartier
  • pointe-courte-sete
  • quartier-pointe-courte-sete
Courant octobre, c'est la pêche à la daurade. Des centaines de pêcheurs​ attendent avec impatience des deux côtés du canal le passage obligatoire des poissons de l'étang vers la mer. Chaque année, la frénésie s'empare de ce petit quartier tranquille. 


Face à la Pointe courte, de l’autre côté du canal royal, se dresse la station de biologie marine, inaugurée en 1896. Rattachée à l'universite de Sciences de Montpellier, elle héberge le Centre d’études d’écologie lagunaire ainsi qu’un laboratoire des organismes marins. 
  • pointe-courte-sete